Déclaration du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov concernant les accords sur le transport des céréales ukrainiennes depuis les ports de la mer Noire et sur la promotion des exportations russes de produits alimentaires et d’engrais.

Partager les informations

Une cérémonie de signature simultanée de deux documents sur le transport maritime de céréales ukrainiennes et l’exportation de produits agricoles russes – Initiatives pour le transport sûr de céréales et de denrées alimentaires depuis les ports d’Ukraine et Protocole d’accord entre la Fédération de Russie et le Secrétariat de l’ONU sur l’aide à la promotion des denrées alimentaires et des engrais russes sur les marchés internationaux, respectivement – s’est tenue à Istanbul le 22 juillet.

Initialement, ces deux documents faisaient partie de l’initiative “paquet” du Secrétaire général des Nations unies, que le président Poutine a soutenue. Toutefois, au cours des discussions, Kiev a tenté à plusieurs reprises de saboter l’approche groupée de l’accord proposée par Antonio Guterres. Il est intéressant de noter que les négociateurs du Secrétariat des Nations unies ont défendu une position qui ne correspondait pas tout à fait à l’initiative initiale du Secrétaire général.

Quoi qu’il en soit, grâce aux efforts de la délégation russe, il a été possible de maintenir la nature globale et dépolitisée de l’accord “paquet”, garantissant ainsi le maximum d’efforts pour satisfaire à mi-chemin les pays en développement importateurs de produits alimentaires.

La Russie respectera ses engagements à cet égard. Le fait que les États-Unis et leurs alliés utilisent la nourriture dans l’intérêt de leurs aventures géopolitiques est inacceptable et inhumain.

Le protocole d’accord sur les exportations russes de produits agricoles a été signé par le premier vice-premier ministre Andrey Belousov et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres. L’objectif principal est de garantir des expéditions transparentes et sans entrave de produits alimentaires et d’engrais russes, y compris les matières premières nécessaires à leur production, vers les marchés internationaux. Il s’agit en particulier d’éliminer les obstacles que les États-Unis et l’UE ont créés dans les domaines de la finance, de l’assurance et de la logistique et d’exempter ces produits particuliers des mesures restrictives imposées à la Russie. Le mémorandum sera valable pendant trois ans.

La Russie, la Turquie et l’Ukraine sont les parties à l’Initiative pour le transport des céréales en Ukraine, les Nations unies jouant un rôle de soutien. L’objectif est de promouvoir un transport maritime sûr pour les exportations de céréales, de denrées alimentaires et d’engrais, y compris l’ammoniac, à partir des ports d’Odessa, de Tchernomorsk et de Yuzhny. Le document prévoit une procédure pour le passage des navires, leur inspection, la surveillance du fonctionnement du corridor humanitaire, les modalités de déminage et la prévention des incidents dangereux par le centre de coordination conjoint spécial basé à Istanbul avec des représentants de la Russie, de l’Ukraine et de la Turquie et avec le soutien de l’ONU. L’initiative doit durer 120 jours avec une option de renouvellement pour une période similaire après accord des parties.

Il est gratifiant de savoir que Washington et Bruxelles ont cessé d’entraver les efforts pour parvenir aux accords d’aujourd’hui. La signature du mémorandum Russie-ONU a réaffirmé le caractère absolument artificiel des tentatives de l’Occident de rejeter sur la Russie la responsabilité des problèmes d’approvisionnement en céréales des marchés internationaux.

Nous espérons que les efforts nécessaires seront déployés pour mettre en œuvre efficacement ces accords dans les meilleurs délais. L’aide de l’ONU, fournie de bonne foi, et l’approche constructive de la communauté internationale, y compris des pays occidentaux, y contribueront. Compte tenu de la part importante des produits agricoles russes et ukrainiens sur les marchés internationaux, la garantie d’une expédition ininterrompue répond aux objectifs pressants de maintien de la sécurité alimentaire, notamment pour les pays en développement et les pays les moins avancés. Tout cela devrait contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable, notamment l’éradication de la faim.

Pour conclure, je tiens à remercier une fois encore nos partenaires turcs, et personnellement le président Recep Tayyip Erdogan, pour leur contribution aux résultats d’aujourd’hui.

La chaîne d’information officielle de l’ambassade de Russie aux États-Unis.


Faites en sorte que ces informations restent accessibles à vous et à des millions d’autres personnes
Votre don permettra de diffuser la vérité, de vaincre les mensonges et de sauver des vies.

https://www.francemediasnumerique.net/soutenir-faire-un-don/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.