L’UE enquête sur des cas de troubles menstruels signalés après des injections d’ARNm COVID

Partager les informations
A healthcare worker prepares a dose of the Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine in a vaccination center at the Confluent Hospital in Nantes, as part of the coronavirus disease (COVID-19) vaccination campaign in France, March 18, 2021. REUTERS/Stephane Mahe

11 février (Reuters) – Le comité de sécurité de l’Agence européenne des médicaments a déclaré vendredi qu’il examinait les rapports de saignements menstruels abondants et d’absence de menstruations de femmes qui avaient reçu des vaccins COVID de Pfizer (PFE.N) / BioNTech (22UAy.DE) et Moderna (ARNM.O) .

L’évaluation a été faite au vu des rapports de troubles menstruels après avoir reçu l’un des deux vaccins, tous deux basés sur la technologie de l’ARN messager, et il n’était pas encore clair s’il y avait un lien de causalité, a indiqué l’agence.

Il n’était pas encore clair s’il y avait un lien de causalité entre les vaccins et les rapports, a indiqué l’agence.

Les troubles menstruels peuvent survenir en raison d’une gamme de conditions médicales sous-jacentes ainsi que du stress et de la fatigue, a déclaré l’EMA, ajoutant que des cas de tels troubles avaient également été signalés à la suite d’une infection au COVID-19.

La vaccination contre le COVID-19 était liée à un petit changement temporaire de la durée du cycle menstruel, selon une étude récente financée par les National Institutes of Health, qui a recueilli des données auprès de près de 4 000 utilisateurs d’une application pour smartphone qui suit les cycles menstruels.

Pourquoi pleurons-nous pendant les règles ? - Être parents

Mais l’EMA a déclaré en décembre qu’elle n’avait pas établi de lien entre les changements dans les cycles menstruels et les vaccins COVID-19, après qu’une étude en Norvège a suggéré que certaines femmes avaient des règles plus abondantes après avoir été inoculées. Lire la suite

Après avoir examiné les preuves disponibles, le comité d’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) de l’EMA a déclaré qu’il avait décidé de demander une évaluation de toutes les données disponibles, y compris les rapports des patients et des professionnels de la santé, les essais cliniques et la littérature publiée.

L’agence a ajouté vendredi qu’il n’y avait pas non plus de preuves suggérant que les vaccins COVID-19 affectaient la fertilité.

Reportage de Manojna Maddipatla à Bengaluru; Montage par Ramakrishnan M., Alex Richardson et Nick Macfie


Abonnez-vous !

France médias numériques vous propose du contenu web 100% GRATUIT, et une info 100% LIBRE ! Pour rappel, France médias numériques ne bénéficie d’aucune subvention publique ou privée et vit grâce à ses lecteurs, abonnés, ou donateurs.

One thought on “L’UE enquête sur des cas de troubles menstruels signalés après des injections d’ARNm COVID

  1. Si je m’exprime ce soir alors que je ne l’ai plus fait depuis quelques temps ayant marre des chauds et froids dit qui ne sont pas fait pour nous encourager au contraire. Il ne faut que du positif. Le convoi de la vérité doit être très fort avec tous les Français contre ce Fou de Macron qui va oser utiliser tout une artillerie contre NOUS. HONTE À TOUS CEUX QUI SERONT LÀ POUR L’AIDER. ILS VONT NOUS LE PAYER TRÈS CHERS NE SACHANT PAS QUE MACRON CE PETIT MALADE MENTAL SE SERT D’EUX. ON NE PEUT PLUS LES CONSIDERER COMME FRANÇAIS. J’ESPÈRE QUE L’ARMÉE SERA LÀ POUR NOUS. NOUS NOUS BATTRONS JUSQU’AU BOUT. MACRON NE SERA PAS RÉÉLU PAR NOUS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *