Une enquête sur la lixiviation de micro et nanoparticules et de polluants chimiques provenant de masques faciaux jetables – liée à la pandémie de COVID-19

Partager les informations
Nanoparticules et aliments : le gouvernement met la pression sur l'Anses et  les industriels

Faits saillants

•Nous avons étudié l’impact des masques faciaux en plastique jetables (FAP) sur l’environnement.

•Des micro et nanoparticules émises par les FAP ont été déposées sur Al2O3 membranes.

•Les particules émises par les FAP ont été identifiées comme étant des fibres à base de silicium et de plastique.

•Le lixiviat a été analysé par spectrométrie de masse pour les métaux lourds et les matières organiques polaires.

•Du plomb, du cadmium, de l’antimoine et diverses espèces organiques ont été détectés dans le lixiviat.

Abstrait

Rien qu’en Chine, la production de masques faciaux en plastique jetables (FAP) a atteint environ 200 millions par jour, dans le cadre d’un effort mondial visant à lutter contre la propagation du nouveau virus SARS-CoV-2. Cependant, les éliminations inappropriées et non réglementées de ces FAP ont été et continueront d’intensifier le problème de la pollution plastique auquel nous sommes déjà confrontés. Cette étude se concentre sur l’émission de polluants provenant de 7 marques de FAP qui ont été immergées dans l’eau pour simuler les conditions environnementales si ces FAP étaient jetés. Les lixiviats du FAP ont été filtrés par des membranes inorganiques, et les membranes organiques déposées par des particules et les filtrats ont été caractérisés à l’aide de techniques telles que FTIR, SEM-EDX, microscopie optique, ICP-MS et LC-MS. Des fibres polymères à l’échelle micro et nanométrique, des particules, des fragments siliceux et des produits chimiques inorganiques et organiques lixiviables ont été observés dans tous les DPF testés. Des traces de métaux lourds préoccupants (c’est-à-dire jusqu’à 6,79 μg/L) ont été détectées en association avec des fragments contenant du silicium. ICP-MS a également confirmé la présence d’autres métaux lixiviables comme le cadmium (jusqu’à 1,92 μg/L), l’antimoine (jusqu’à 393 μg/L) et le cuivre (jusqu’à 4,17 μg/L). L’analyse LC-MS a permis d’identifier des espèces organiques lixiviables polaires liées aux additifs plastiques et aux contaminants; le monomère et les oligomères de polyamide-66 (synthèse du nylon-66), les molécules de tensioactifs, les molécules de type colorant et le polyéthylène glycol ont tous été provisoirement identifiés dans le lixiviat. La toxicité de certains des produits chimiques trouvés et les risques postulés du reste des particules et molécules présentes soulèvent la question de savoir si les FAP peuvent être utilisés quotidiennement en toute sécurité et quelles conséquences sont à prévoir après leur élimination dans l’environnement.

Résumé graphique

Image, résumé graphique

Télécharger : Télécharger l’image haute résolution (198KB) Télécharger : Télécharger l’image en taille réelle


France médias numériques vous propose du contenu web 100% GRATUIT, et une info 100% LIBRE ! Pour rappel, France médias numériques ne bénéficie d’aucune subvention publique ou privée et vit grâce à ses lecteurs, abonnés, ou donateurs.

4 thoughts on “Une enquête sur la lixiviation de micro et nanoparticules et de polluants chimiques provenant de masques faciaux jetables – liée à la pandémie de COVID-19

Répondre à buffy78200 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *