Un juge ordonne la poursuite du procès contre l’obligation de dépistage des voyageurs internationaux imposée par le CDC

Partager les informations

Un juge fédéral a ordonné que le procès contre les exigences du CDC en matière de tests pour les voyageurs internationaux puisse se poursuivre.
Ce qui suit est tiré d’un communiqué de presse fourni à The Gateway Pundit. Un juge fédéral d’Orlando a rejeté samedi la demande des Centers for Disease Control & Prevention de rejeter la contestation judiciaire de l’International Traveler Testing Requirement, qui exige que les compagnies aériennes à destination des États-Unis refusent l’embarquement à tout passager – quel que soit son statut vaccinal – qui ne présente pas un test COVID-19 négatif effectué dans la journée précédant le départ. La décision du juge de district Paul Byron est une victoire pour le globe-trotter et blogueur de voyage Lucas Wall, 44 ans, de Washington, D.C., qui voulait que cette exigence soit annulée parce qu’elle est lourde, coûteuse et non autorisée par le Congrès. Wall, qui a visité 134 pays, ne s’est pas rendu à l’étranger depuis mars 2020 en raison des restrictions onéreuses du COVID-19 telles que l’ITTR et le Federal Transportation Mask Mandate. Son cas semble être le seul dans le pays à contester l’ITTR comme étant illégal. TRENDING : S’IL VOUS PLAÎT, FAITES VOTRE PART : envoyez une carte de Noël aux prisonniers politiques de Washington DC et faites-leur savoir qu’ils ne sont pas oubliés… Voici comment faire. Le 7 juin, Wall a intenté une action en justice contre le CDC, contestant à la fois l’obligation de procéder à des tests et le port de masques. Il avait un billet pour rendre visite à son frère et à sa belle-sœur en Allemagne fin juin, qu’il n’a pas pu utiliser à cause de l’ITTR et du FTMM. À l’époque, la première version de l’ITTR, qui est entrée en vigueur le 26 janvier à la demande du président Biden nouvellement inauguré, exigeait que les tests COVID-19 soient effectués dans un délai d’un an. Elle exigeait le test COVID-19 dans les trois jours suivant le départ pour les États-Unis. Le CDC a fait valoir que la contestation de Wall est sans objet car il a mis en place une deuxième version de l’ITTR, entrée en vigueur le 8 novembre, qui exigeait que les personnes non vaccinées présentent un test de dépistage du coronavirus négatif dans un délai d’un jour après leur départ. Puis, une troisième version exigeant que chacun présente aux compagnies aériennes un test négatif dans la journée suivant le vol est entrée en vigueur le 6 décembre. Le CDC a également soutenu que M. Wall n’avait subi aucun préjudice juridique du fait de l’ITTR. Byron a rejeté les deux arguments des CDC, permettant ainsi aux demandes de Wall visant à invalider l’exigence de test d’aller de l’avant. Notamment, l’ITTR ne s’applique qu’aux voyageurs aériens et non à ceux qui entrent en Amérique par voie terrestre ou maritime. “La perte de la possibilité de se rendre en Allemagne constitue à elle seule un préjudice concret, particulier et réel”, a jugé M. Byron, citant un précédent de la Cour suprême selon lequel il existe un droit constitutionnel aux voyages internationaux. “Le dossier montre que le demandeur a reprogrammé son vol pour l’Allemagne à plusieurs reprises au cours de ce litige et, récemment, le demandeur a informé la Cour de son prochain vol pour l’Allemagne le 20 décembre 2021. Ainsi, le dossier démontre que le demandeur possède également un préjudice de fait concret, particularisé et imminent”. L’ordonnance a également conclu que les trois versions de l’ITTR constituent le même régime réglementaire, de sorte que la contestation de Wall reste mûre. Les trois ordonnances impliquent toujours “l’imposition d’une exigence de test COVID-19 aux voyageurs internationaux cherchant à entrer aux États-Unis”, a écrit Byron. “Et parce que ces amendements à l’ITTR ne modifient pas la substance du mandat, le fait que le CDC fonde chaque nouvel amendement à l’ITTR sur ses recherches accrues sur le COVID-19 est également inapplicable. Fondamentalement, la motivation du CDC pour promulguer le RITT et chacun de ses amendements reste constante : l’objectif d’éradiquer, ou du moins de freiner la propagation du COVID-19”. M. Byron a rejeté la motion de rejet du CDC et a ordonné à M. Wall de déposer une plainte plus courte avant le 3 janvier. M. Wall a déclaré qu’il avait l’intention de le faire d’ici quelques jours. “La décision d’aujourd’hui est décevante dans la mesure où le juge Byron n’a pas abordé la question de savoir si les CDC ont violé la loi et la Constitution en imposant des tests de dépistage du virus aux passagers voyageant vers les États-Unis, un pouvoir que le Congrès ne leur a jamais donné”, a déclaré M. Wall. “Je suis extrêmement déçu de me voir à nouveau refuser le droit de rendre visite à ma famille qui réside en Allemagne, ce qui signifie que je vais manquer les vacances d’hiver avec mon frère et sa femme.” Selon M. Wall, la toute dernière ITTR, qui exige que tous les voyageurs présentent un test COVID-19 négatif dans la journée suivant le départ, a provoqué le chaos, car de nombreux pays ne disposent pas de tests fiables de dépistage du coronavirus pouvant garantir des résultats dans la journée. D’innombrables passagers ont ainsi manqué leur vol, se sont retrouvés bloqués à l’étranger et ont dû se faire tester à nouveau tous les jours jusqu’à ce qu’ils puissent enfin obtenir un résultat rapide accepté par les compagnies aériennes conformément aux directives des CDC. Samedi, le juge Bryon a également rejeté la requête des CDC visant à rejeter les allégations de Wall selon lesquelles le mandat relatif aux masques est illégal et inconstitutionnel. Pour en savoir plus et consulter la décision du juge Bryon, rendez-vous sur www.lucas.travel.


Ce soir en direct avec Kler Éclair l’infirmière à 21h30 Venez nombreux pour soutenir le projet de Kler Un Noël pour nos enfants ❤️


CHER LECTEUR, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS ! En plus de la censure, France médias numériques vous propose du contenu web 100% GRATUIT, et une info 100% LIBRE ! Pour rappel, France médias numériques ne bénéficie d’aucune subvention publique ou privée et vit grâce à ses lecteurs, abonnés, ou donateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *