Veuillez commenter MAINTENANT la pétition de la Commission européenne concernant les vaccins du groupe de travail sur les produits chimiques de type COVID ! Et faites suivre cette pétition à vos amis !

Partager les informations

votre avis compte



Cher ami de CHD,

Aidez-nous à maintenir l’élan pour ajouter des commentaires à notre pétition citoyenne adressée à la FDA concernant les vaccins EUA COVID. Nous avons actuellement près de 14 000 commentaires de personnes du monde entier, ce qui est un début encourageant, mais nous avons besoin d’entendre beaucoup plus de personnes pour que cet effort critique soit couronné de succès.

Le 16 mai, Robert F. Kennedy Jr. et Meryl Nass, MD, au nom de Children’s Health Defense (CHD), ont franchi une étape décisive dans la crise du COVID qui a irrévocablement changé des milliards de vies dans le monde en déposant une pétition citoyenne auprès de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour retirer les vaccins COVID-19 du marché.

Votre commentaire maintenant sur la pétition de la FDA est vital pour éviter de nouvelles blessures et de nouveaux décès dus à ces produits médicaux expérimentaux. Faites entendre votre voix !

Les actions de la FDA affectent la politique de santé mondiale. Ce dépôt permet à chacun d’entre nous – pas seulement aux États-Unis, mais aussi dans le monde entier – de s’adresser directement au gouvernement américain en commentant la pétition.

La pétition de la FDA peut maintenant être lue en : espagnol, allemand, français et italien.

Plus précisément, la pétition demande à la FDA de :

révoquer les autorisations d’utilisation d’urgence (EUA) des vaccins COVID
s’abstenir d’homologuer les vaccins COVID
interdire la participation de mineurs aux essais des vaccins COVID
révoquer immédiatement toutes les EUA permettant la vaccination des mineurs
révoquer son approbation tacite de l’administration des vaccins COVID aux femmes enceintes
modifier immédiatement ses directives existantes concernant l’utilisation de la chloroquine, de l’ivermectine et de tout autre médicament sûr et efficace contre le COVID.
La pétition de la FDA était impérative, car nos agences gouvernementales de santé continuent d’ignorer le nombre étonnant de décès et de blessures signalés au Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) du ministère américain de la santé et des services sociaux (HHS). Mis à jour chaque vendredi, le communiqué du 21 mai fait état de 227 805 événements indésirables et de 4 201 décès suite à la vaccination avec les vaccins COVID-19 entre la mi-décembre 2020 et le 14 mai 2021. Il est alarmant de constater que, selon une étude du HHS réalisée en 2010, moins de 1 % des événements indésirables sont signalés au VAERS. Malgré cela, les agences gouvernementales aux niveaux local, étatique et national continuent à promouvoir l’adoption de ces vaccins. Ces agences sont rejointes par les médias grand public, les célébrités et même la Maison Blanche, qui appellent les personnes de tous âges à se faire vacciner, malgré le risque réel de blessure et de décès.

Tous les vaccins COVID-19 actuellement administrés ont fait l’objet d’une procédure accélérée d’autorisation d’utilisation en urgence (EUA), alors même que des médecins du monde entier citent des options de traitement viables pour le COVID, peu coûteuses et facilement disponibles. Le statut d’autorisation d’utilisation d’urgence est destiné à être utilisé uniquement lorsque des options de traitement efficaces ne peuvent être trouvées. Il est clair que ce n’est pas le cas avec le COVID.

Nous devons immédiatement mettre fin à la pression en faveur des mandats, en particulier ceux destinés aux enfants. Les vaccins expérimentaux COVID sont déjà recommandés pour les 12-15 ans. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne recommandent ou n’imposent ce vaccin pour des enfants encore plus jeunes, y compris les nourrissons.

Nous vous demandons de commenter dès maintenant la pétition de la FDA et d’exhorter le gouvernement à ne pas imposer ou homologuer les vaccins COVID.

Veuillez ajouter votre commentaire à la pétition de la FDA maintenant et partager ce courriel avec tous vos contacts. Sur la page des commentaires, vous devez sélectionner “Federal Government” dans le menu déroulant, puis dire à la FDA ce que vous pensez des vaccins non homologués, expérimentaux et sans responsabilité qui sont imposés à des personnes de tous âges dans ce pays et dans le monde entier.

Merci.

Sincèrement,

L’équipe de défense de la santé des enfants

P.S. Pour en savoir plus sur la pétition de la FDA : “CHD demande à la FDA de retirer immédiatement les vaccins COVID du marché”.


7 thoughts on “Veuillez commenter MAINTENANT la pétition de la Commission européenne concernant les vaccins du groupe de travail sur les produits chimiques de type COVID ! Et faites suivre cette pétition à vos amis !

  1. Je ne comprends pas pourquoi ce vaccin, la covid est une maladie qui s’attaque aux poumons donc plutôt l’hiver, ensuite le vaccin contre la grippe se fait avant l’arrivée de la grippe et pas pendant, nous sommes bientôt en été?……….

    1. J’ai eu une angine ( maladie saisonnière) que l’hôpital a omis de me soigner. Cela a été fait par un médecin après que l’infirmière qui surveille men a trouvé un, le mien étant en vacances. Quand il a vu les piqûres que l’on m’a faites, il était très mécontent. J’étais déjà faible à cause du goût et odorat d’égout ne mangeant plus, les toux n’ont rien arrangé, j’avais mal partout. Ces piqûres m’ont fait perdre beaucoup de sang. L’hôpital n’est là que pour se faire de l’argent et donné des chiffres FAUX. Hôpital vide avec 5 personnes en soin intensif aux urgences, malades pour eux du Covid évidemment. ils ne font aucune analyse vraiment.

  2. Avec les connaissance actuelles il est criminel d’engager les populations à se faire injecter un prototype de vaccin sans connaitre les effets à long terme de cette nouvelle “technologie”. Des traitements existent et sont sur. Comment les états ont ils pu interdire aux médecins de soigner leurs patients avec des molécules connues et qui ne présente pas d’effets majeures ?

  3. Le serment d’Hippocrate
    « Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l’engagement suivants :
    Je mettrai mon maître de médecine au même rang que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mon savoir et, le cas échéant, je pourvoirai à ses besoins ; je tiendrai ses enfants pour des frères, et, s’ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement. Je ferai part de mes préceptes, des leçons orales et du reste de l’enseignement à mes fils, à ceux de mon maître et aux disciples liés par engagement et un serment suivant la loi médicale, mais à nul autre.
    Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion ; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire2 abortif. Je passerai ma vie et j’exercerai mon art dans l’innocence et la pureté.
    Je ne pratiquerai pas l’opération de la taille3, je la laisserai aux gens qui s’en occupent.
    Dans quelque maison que j’entre, j’y entrerai pour l’utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.
    Quoi que je voie ou entende dans la société pendant, ou même hors de l’exercice de ma profession, je tairai ce qui n’a jamais besoin d’être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir en pareil cas.
    Si je remplis ce serment sans l’enfreindre, qu’il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire ! »
    En 1839, paraît à Paris, chez l’éditeur J-B. Baillière, le premier tome des Œuvres complètes d’Hippocrate,4 édition critique en français, avec le texte grec en regard, traduction d’Émile Littré. Ce dernier a placé dans ce premier tome, les textes éthiques, et en premier de ces textes, celui intitulé Le Serment. Il s’agit d’un texte très court, sans présentation, ni commentaire, tel qu’on peut le lire ci-dessus.
    Ce serment place le médecin, c’est à dire la médecine entière au service dévoué des patients. Mais la passion du lucre et du pouvoir est si forte qu’un médicament largement compétitif par rapport à une allure de vaccin va profiter de l’urgence administrative dérogatoire pour s’imposer financièrement par rapport à une molécule idoine, tellement efficace que son ratio bénéfice/risque a valu le prix Nobel à son auteur. Évidemment vacciner 100 personnes au lieu d’ordonner des comprimés dont le brevet est tombé à trois personnes est beaucoup plus profitable. Mais il faut étouffer les velléités de réaction des partisans du médicaments. Alors une immense campagne d’intox est lancée par les GAFAM, Instagram et Twiteer pour subjuguer les politiques, les médias qui ne demandent pas miens. Les coquins s’entendent bien..
    Ce qui est curieux, anecdotiquement, c’est que le chef d’Etat, TRUMP qui a suggéré de Pfizer de sortir un espèce de vaccin en quelques semaines, a lui-même été atteint par le petit virus. Mais il parait probable aux experts que c’est justement l’Ivermectine, qui l’a remis sur pied en deux jours…
    Ingratitude, quand tu nous tient.
    L’Inde n’est pas tombé dans le panneau et bien que cet immense pays soit peu intégré : cultures, langues, religions, etc.., la Cour d’Etat de Bombay accuse nommément l’OMS et son personnel de compromission. Et elle n’est pas prête à lâcher. Pfizer qui a déjà été condamné au pénal et au civil en 2009 à 2,3 milliards de dollars pour tromperie commerciale, prix surfaits, effets secondaires dissimulés, compromission des médecins, ne semble pas sorti de l’auberge avec le nouveau pactole. A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *